Analyse de la difficile mue de Éric Zemmour du polémiste au candidat à la présidentielle!

Le polémiste Éric Zemmour devrait officialiser sa candidature à la présidentielle le 5 décembre prochain. Cependant, en raison des évènements survenus depuis l’annonce de ses intentions politiques, il connait des difficultés dans sa transition vers son ambition présidentielle.

Une ambition présidentielle émoussée

Éric Zemmour peine à se retrouver. D’après les dernières enquêtes, il serait crédité entre 14 et 15 % des intentions de vote. Pendant ce temps, sa concurrente directe connait une grande ascension et serait créditée de 19 ou 20 % des ponts. L’ascension d’Éric Zemmour au second tour serait vraiment menacée du moment où les enquêtes menées font état d’une personnalité peu appréciée des Français. Néanmoins, cela ne semble pas la fin de la surprise. En réalité, ce dernier voit tous ses soutiens s’éloigner et devient de plus en plus seul.

Une déclaration de candidature est prévue lors de son grand meeting le 5 décembre au Zénith de Paris. Visiblement, ce meeting se fera sans les ténors de la française qui l’auraient lâché aux dernières minutes. L’ancien journaliste au départ, a réussi à capter l’attention avec ses interventions et ses appels à revenir à la France d’origine, mais passer de polémiste au rang de candidat semble compliqué désormais. La grande question qui taraude tous les esprits est de savoir s’il pourrait parvenir à se lancer dans de telles conditions.

Du mal à changer de costume

Le polémiste n’a pas fait de déclarations officielles. Malgré cela, il n’a pas arrêté de jouer les trouble-fêtes. Des prises de position jugées trop déplacées, suivies par des actions tout aussi brutales, le candidat ne semble pas cerner les enjeux de la politique. À vrai dire, il était habitué à des prises de propositions si ardues dans l’exercice de ses fonctions de journaliste. Malheureusement, quand on nourrit des ambitions aussi nobles, les regards du peuple changent et normalement un changement d’attitudes devrait s’imposer.

Une tâche que semble oublier le polémiste et qui lui vaut de l’inimitié au sein du peuple. Une preuve parmi tant d’autres est le récent doigt d’honneur fait à une passante à Marseille le week-end passé. Une attitude forte déplaisante qui démontre qu’il conserve toujours un tempérament de journaliste à la place de la sérénité et du calme d’un potentiel candidat. La vérité est qu’on aurait attendu mieux d’un homme qui dans ses fonctions d’antan se chargeait de faire la morale à l’élite politique.

La tactique payante ?

Le journaliste depuis le début choque l’opinion à travers ses actes et prises de position. Toutefois, quand on prend les évènements d’un autre angle, on pourrait apercevoir une tactique maladroitement élaborée. La tactique du « choquer pour plaire » semble avoir réussi aux États-Unis récemment avec Donald Trump. On peut s’imaginer qu’il aimerait appliquer la même méthode en France. Même si l’opinion française semble ahurie que fasciner, on peut tout de même lui reconnaitre une méthode à « la Pétain ». Cependant, il demeure une réalité que les médias s’empressent à commenter et qui nuit gravement à sa transition de polémiste au candidat à l’élection.

C’est en réalité son incapacité à établir un appareil efficace. Selon son entourage, « il ne sait pas cheffer », laissant aux commandes Sarah Knafo. Cette façon de procéder ne serait pas digne d’une personne à l’ambition élevée et met sérieusement en doute sa mue présidentielle. Par ailleurs, une dernière chance s’offre à lui lors du prochain meeting. Ce serait l’occasion pour lui de remettre les choses dans l’ordre et de réussir l’exploit pour les présidentielles prévues dans quatre mois.

 

 

 

 

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Politique / Analyse de la difficile mue de Éric Zemmour du polémiste au candidat à la présidentielle!